A propos du Victoria 1856

dominique-latu

Une certaine idée

de la cuisine et du service

Créé par des Ecossais en 1856 à Billère, en bordure du gave et à quelques centaines de mètres du château de Pau, le Pau Golf Club est tout simplement le plus ancien parcours du continent européen. Quelques années plus tard, son club house, qui héberge le restaurant, le bar et différents salons est édifié dans un style purement victorien. 

Repris en mai 2023 par une nouvelle équipe, le bar et le restaurant sont gérés aujourd'hui directement par la SA du Pau Golf Club (différenciée de l'association sportive).

 

Dominique Latu, Bigourdan de naissance, très attaché au Sud-Ouest, débute à l’école hôtelière de Tarbes avant de faire ses classes dans de grandes maisons parisiennes telles que Lucas-Carton, Ledoyen, Le Ritz, Drouant.

Maitre restaurateur de France en 2007 Dominique est un chef authentique et passionné par son métier . Avec sa complice Anita Schartz, il allie tradition et inventivité en travaillant exclusivement les produits du terroir, frais et de saison afin de privilégier une réelle authenticité. Sa cuisine ne connait pas de frontière et démarre à prix sages.

Etre chef pour lui, c’est avant tout l’humilité, la passion et la capacité, d'inspirer la nouvelle génération. Il se dit très heureux d’être à la tête du Victoria 1856, une institution chargée d’histoire, et souhaite faire partager et pérenniser une cuisine exigeante et raffinée, telle qu'il est permis de l'attendre dans un cadre aussi prestigieux.

bandeaux_0000s_0012_35

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, le restaurant n'est pas exclusivement réservé aux membres (qui se voient proposer une table sans réservation) mais est largement au grand public.

Il est prudent de réserver, notamment en raison des événements sportifs qui peuvent conduire les participants à déjeuner sur place. 

Du printemps à l'automne, le restaurant offre sa terrasse ombragée et en partie couverte aux clients, complétant ainsi très largement sa capacité de service.

brigade

On parle du Victoria

Retour en haut